Rwanda: conférence sur la planification familiale

 Mars 2010

 
 
Des experts en planification familiale et des décideurs politiques de douze pays africains (1) se retrouvent pendant toute cette semaine à Kigali (capitale du Rwanda), pour étudier les moyens d’équilibrer la population et le taux de croissance économique en Afrique. 
Selon l’Agence de Presse Africaine (APA), la ministre rwandaise de la promotion de la Famille, a déclaré: « Certains pays ont mis en place des politiques et des stratégies visant à réduire la croissance démographique, mais il n’y a toujours pas d’équilibre entre la croissance démographique et l’économie chez la plupart des pays africains ».
 
 
On ne peut que se réjouir que la relation entre ces deux taux de croissance (démographique & économique) commence à être prise très au sérieux par certains décideurs africains. 
 
A ce sujet, Jean-Pierre Guengant, démographe à l'Institut de Recherche pour le Développement (IRD), écrit d'ailleurs (2) « Jusque dans les années 1990, nombre de travaux économétriques arrivaient à la conclusion que les relations entre croissance démographique et croissance économique étaient peu robustes. Des travaux récents mettent en évidence de nouveaux facteurs non pris en compte par le passé, tels que les composantes de la croissance démographique et l’évolution des structures par âges. Ainsi, les effets d’une croissance démographique résultant d’une faible mortalité et d’une faible fécondité, apparaissent plus favorables au développement à travers les modifications des comportements induites par l’allongement des espérances de vie, et la nécessité d’investir dans la santé et l’éducation des enfants et non dans leur nombre. Par ailleurs, le maintien d’une forte croissance démographique apparaît avoir un rôle dépressif sur l’économie à travers l’augmentation des taux de dépendance (3). Un groupe d’économistes attribue ainsi plus de la moitié de l'écart entre le taux de croissance par tête entre 1960 et 2004 calculé pour l'Afrique subsaharienne et celui calculé pour un groupe d’autres pays en développement à des facteurs démographiques, et plaide en faveur d’une accélération de la transition démographique. »
 

Sommet à suivre donc…

(1) Burundi, République Démocratique du Congo, Éthiopie, Kenya, Madagascar, Malawi, Mali, Nigeria, Ouganda, Rwanda, Tanzanie, Zambie.
 
(2) « Population et développement en Afrique : faut-il accélérer la transition démographique ? » - Jean-Pierre Guengant, octobre 2009 (page 1, 3ème paragraphe).
 
(3) « Le taux de dépendance mesure le rapport entre ce qu’on appelle conventionnellement les dépendants (la population âgée de 0 à 14 ans et celle âgée de 65 ans et plus), et la population active potentielle adulte âgée de 15 à 64 ans. »

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir