Vers une Planification Familiale Intégrée

Pour des meilleurs systèmes de santé et des Communautés renforcées


Un dispensaire afghan : en deux ans une équipe d'infirmières a réussi à doubler le nombre de pilules contraceptives utilisées et à multiplier par 8 le nombre de préservatifs distribués. Cette équipe travaille sous la direction de Zakia, une infirmière formée par un programme MSH (Management Sciences for Health). « Les problèmes ne sont plus vus comme des obstacles mais comme des défis à affronter », explique-t-elle. MSH a contribué à cette réussite en Afghanistan par plusieurs initiatives, y compris l'approvisionnement en produits pharmaceutiques et la formation de travailleurs de santé qui apportent des soins dans les villages reculés. Bien que l'utilisation de contraceptifs dans le monde ne cesse d'augmenter, le niveau des besoins non satisfaits reste incroyablement élevé avec un coût dévastateur pour la société.

Investir dans la planification familiale, c'est du bon sens


La population mondiale vient d'atteindre les 7 milliards. L'ONU a appelé à un renouvellement des engagements face aux défis d'une population croissante : assurer la santé des populations et la qualité de leur environnement, freiner la croissance des inégalités socio-économique ainsi que celles basées sur le genre. L'Afrique va fournir la moitié de la croissance démographique mondiale dans les décennies à venir à cause de ses besoins non satisfaits en planification familiale. Un tiers des femmes africaines, soit 215 millions, n'a pas d'accès aux méthodes de contraception modernes. Pour elles, la planification familiale reste indisponible, hors de portée ou interdite par les normes patriarcales.

Le coût de l'absence de planification familiale est immense : chaque année, près de 350.000 décès surviennent des complications de l'accouchement ou de la grossesse, dont 99% d'entre eux dans les pays à revenu faible ou modéré ; 70.000 décès sont dus à des avortements dangereux, et 28 millions de bébés non désirés sont mis au monde. Les besoins en planification familiale non satisfaits entraînent d'ailleurs une utilisation inefficace des dépenses de santé. Chaque dollar dépensé sur la planification familiale et la santé reproductive fait faire une économie de 1,40 $ par rapport à ce qu'auraient coûté les grossesses non désirées, les avortements, les fausses couches, les complications dues aux grossesses à haut risque et les services d'urgence. Si tous les besoins actuels en planification familiale étaient satisfaits, cela ferait une économie de 5,1 milliards de $.

Il est clair que l'élargissement de l'accès à la planification familiale est de bon sens, et pourtant, ces dernières années la lutte contre les maladies infectieuses a attiré le financement et les attentions au détriment de la planification familiale. MSH et d'autres dans la communauté internationale soutiennent un effort mondial visant à réinvestir dans la planification familiale et la santé reproductive à travers l'intégration de ces services avec le VIH/SIDA et les soins de santé primaires à tous les niveaux des systèmes de santé.

La Planification Familiale intégrée renforce le Système de Santé

Nous comprenons à présent que la planification familiale a un effet bénéfique sur la santé maternelle et infantile, ainsi que sur la lutte contre les effets dévastateurs du VIH. En effet, les femmes sont plus susceptibles de contracter et de propager le VIH si elles n'ont pas accès aux contraceptifs. En intégrant les services de planification familiale avec d'autres services de santé essentiels, y compris les soins primaires et aux services du VIH & sida, il est possible de maximiser les synergies entre les initiatives de santé. Certains diraient même que prévenir les nouvelles infections en aidant les femmes séropositives à éviter les grossesses non désirées est plus rentable que les approches classiques.

Au Malawi, MSH soutient un réseau de travailleurs de santé communautaires formés à la planification familiale avec l'intégration du VIH. Ces hommes, femmes et jeunes proposent une gamme de méthodes contraceptives et offrent l'information et l'éducation à travers des événements communautaires. En deux ans, 1.000 agents de santé communautaires ont atteint plus de 700.000 personnes avec des messages sur la planification familiale et le VIH et ils ont aidé plus de 90.000 personnes à apprendre leur statut de séropositivité. 

Jonathan D. Quick, MD, MPH, est président et chef de la direction des Sciences de Gestion pour la santé. Dr Quick travaille en santé internationale depuis 1978. Il est médecin de famille et spécialiste de la gestion de santé publique.

---------


Texte d'origine : The Promise of Integrated Family Planning : Stronger Health Systems, Stronger Communities
By Jonathan D. Quick, MD, MPH

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir