Proposition de Jean-Loup Bertaux, membre de notre association et de son Comité Scientifique

 

Faire évoluer les allocations familiales

 

Au sujet de l'association "Démographie Responsable"

Les membres de notre association, fondée fin 2008, sont de fervents défenseurs de l’espèce humaine ainsi que des autres espèces vivantes présentes à ses côtés, désireux de sauvegarder la vie sur notre planète, et ce dans les conditions les moins mauvaises possibles.

En incitant à l'autolimitation de la natalité, notre association a pour objet d’œuvrer pour la stabilisation de la population humaine, voire sa diminution sur le long terme. Excluant tout ce qui ne respecterait pas les droits humains ou qui remettrait en cause la liberté de procréer, notre démarche passe par une bonne information de chacun(e) sur les conséquences de la pression démographique pour les générations futures, les autres espèces et l'environnement.

Notre association est très favorable à une politique sociale qui comporte un soutien aux familles, et par conséquent une aide qui tienne compte des enfants. Cependant, dans la situation actuelle, la France mène une politique familiale qui n'est pas véritablement sociale, mais qui reste marquée par une idéologie nataliste : cela apparaît clairement si on examine le système des allocations familiales. Nous souhaitons réagir par rapport à ce constat, qui est présenté ci-après

.

La situation actuelle

Nombre d'enfants à charge

Montant (euros) des allocations

Un enfant

0 : Aucune allocation (sauf dans les D.O.M.)

Deux enfants

0 + 131 = 131

Trois enfants

0 + 131 + 168 = 299

Quatre enfants

0 + 131 + 168 + 168 = 467

Plus de quatre enfants

467 + 168 par enfant supplémentaire

 

Ces chiffres sont arrondis à l'euro. Ils sont valables sous plafond de ressource. Des allocations complémentaires existent pour les enfants de plus de 14 ans.

Même si personne ne fait des enfants dans l'unique but de percevoir des allocations, celles-ci ont un effet incitatif important.

Nos propositions

Il est injuste et choquant à notre avis qu'une famille ayant un seul enfant se trouve exclu du soutien des allocations, alors même qu'il est bien connu que c'est le premier enfant qui impose les dépenses les plus importantes. Le caractère nataliste de la politique actuelle est bien visible dans cette exclusion. On le voit aussi au fait que le second enfant est moins soutenu que les suivants, et encore au fait que les enfants suivants sont soutenus sans limitation au même niveau, alors même qu'il est connu que les dépenses par enfant additionnel diminuent.

Nous pensons qu'une politique sociale familiale digne de ce nom devrait soutenir le premier et le second enfant au même niveau. Ensuite le détail est à discuter et affiner, mais comme il semble responsable de faire évoluer le dispositif sans en augmenter le coût total, il est inévitable d'introduire une forte dégressivité à mesure que le nombre d'enfants augmente.

Pour une raison évidente de non rétroactivité de la loi et pour ne pas pénaliser les familles nombreuses (qui ont été incitées à procréer), ces dernières continueraient à percevoir les mêmes allocations que précédemment : il s'agit de guérir et non de punir. Personne ne serait donc lésé.

Cette nouvelle politique "neutre" des pouvoirs publics, contribuerait à stabiliser la population française, ce qui correspond à nos vœux et surtout, nous en sommes convaincus, à l'intérêt du pays. Elle aurait un autre effet bénéfique de premier ordre : ne pouvant plus être critiquée pour incitation à la surnatalité, la France pourrait intervenir dans les organismes internationaux pour promouvoir une politique démographique planétaire responsable.

 

Allocations Familles

 

Commentaires   

0 #8 Denis Garnier 18-04-2019 / 16:41
Bonjour Yves Peutot
En fait, il existe un simulateur sur le site de l'INED dont voici le lien : https://www.ined.fr/fr/tout-savoir-population/jeux/population-demain/
Choisissez ensuite "Simulation libre"
Cela vous permettra d'avoir des réponses aux questions posées.
Ceci étant, il n'est pas sûr que cela soit un bonne chose de redescendre à 1 milliard, car alors la population serait relativement âgée et pour ne pas disparaître l'humanité devrait relancer la natalité avec sans doute plus de 2 ou 3 enfants par femme, ce que ces dernières ne voudraient peut-être pas s'imposer.
La population optimale a été à peu près calculée cet été dans un article qui se trouve sur ce site et se situe plutôt aux alentours de 3 milliards.
Cdlt, D.G. (Pdt de DR)
Citer
+1 #7 yves peutot 17-04-2019 / 21h30
Bonjour,
Je suis à la recherche d'une information pour aider à réfléchir sur la tendance à très long terme de la démographie: Si dès aujourd'hui toutes les femmes du monde ne donnaient naissance qu'à un enfant unique, combien faudrait-il attendre d'années pour que la population mondiale se stabilise, et combien d'années encore pour que la population diminuent à hauteur de 6, puis 5, puis 4, puis 3, puis 2; puis 1 milliard. Je pense qu'un démographe habile en calcul mathématique (pléonasme) devrait pouvoir calculer cela. Pure exercice intellectuel. j'ai bien peur que la réponse pour revenir à 1 milliard d'habitant (nombre arbitraire mais symbolique) ne dépasse l'an 2100... Merci d'avance!
Citer
0 #6 MILLIER Gérard 01-02-2019 / 21:19
C'est bien de prendre position intellectuellement
mais superficiel et insuffisant !
C'est bien de prendre position dans le grand débat,
mais dilué et illusoire !
Je préférerais un groupe de travail sur des actions concrètes, des adresses aux députés, des lobbyistes au parlement, un livret pédagogique distribué aux nouveaux mariés, etc
Citer
0 #5 Teffo serge 31-01-2019 / 18:39
je suis d'accord avec Jacques Robert aujourd'hui il faut être plus ferme, nous n'avons plus besoin d'autant d'enfants ,pour diverses raisons qui ont été maintes fois évoquées dans le cadre de l'assos, et je durcirais encore son avis en exigeant des parents décidant d'avoir plus de 2 enfants qu'ils prennent en charge l'assistance financière de leurs enfants jusque leur majorité,( éducation et études)
il est urgent d'arriver à une stabilisation de la population mondiale et ensuite d'amorcer une diminution réfléchie et douce ,
Citer
+1 #4 Eric Finon 31-01-2019 / 17:18
Mr Jean Loup Loup Bertaux ne va pas assez loin . Il faudrait cesser le versement de toute allocation pour le troisiéme enfant et à fortiori pour les suivants . .
Citer
0 #3 Pierre 31-01-2019 / 12:22
1. Allocations dans les DOM : c'est justement là qu'il faut cesser au plus vite d'encourager la natalité (embolie du réseau routier !)
2. Il faut passer d'un système d'allocation à un système de réduction des coûts des enfants : transports en commun gratuits, accès à la culture gratuit, forfait téléphonique "famille", bon d'achat de fournitures de rentrée, aide au logement quand on doit avoir une chambre de plus.
Surtout de pas encourager la consommation liée aux enfants (voiture plus grosse, vêtements neufs) qui est en général une catastrophe écologique. Et, oui, plafonner les aides à 2 ou 3 enfants, en privilégiant leur éducation et des modes de vie éco-responsables.
Citer
+1 #2 Jacques ROBERT 31-01-2019 / 08:53
Désolé, je ne suis pas d'accord avec ses propositions.
A mon avis, il faut supprimer les allocations familiales ainsi que la prime de naissance et limiter la politique familiale à une aide au cas par cas des familles en difficulté.
Citer
+3 #1 Didier Barthès 31-01-2019 / 08:12
Nous ne construirons pas un monde respectueux de la nature dans le cadre d'une démographie galopante. Il est absurde qu'aujourd'hui la fécondité soit financièrement encouragée alors que la planète gagne 85 millions d'habitants tous les ans. L'initiative de Monsieur Bertaux doit être soutenue et j'espère qu'elle aura toute sa place dans le grand débat qui commence.
Citer

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir