Organisations signataires

 

Pays

 

 Associazione Radicale Rientrodolce     
 Italie
 BOCS Foundation  Hongrie
 Démographie Responsable  France
 Ecopop 
 Suisse
 Gaia Preservation Coalition  Canada
 Kenya Young Greens  Kenya
 Population Institute  USA
 Populacao Sustantavel  Brésil
 Population Institute of Canada  Canada
 Population Matters  Royaume Uni
 Sustainable Population  Australie
 The Herbert Gruhl Society  Allemagne
 The Ten Million Club  Hollande

 

 
 
Traduction

 

  1. Les organisations signataires reconnaissent les faits suivants.

     

  1. La population globale, augmente de 80 million de personnes par an (10.000 par heure) et va atteindre 9,3 milliards (estimation moyenne Nation unies) en 2050. Les 2,3 milliards d'habitants de plus, principalement issus de pays à faible émission de carbone, vont produire deux fois l'équivalent de carbone des USA. L'estimation des Nations unies est comprise entre 8,1 à 10,6 milliards [soit 2,5 milliards, ndlr] ce qui était la population mondiale totale en 1950.           

  2. La croissance de la population qui est passé de 1 milliard en 1800 à 7 aujourd'hui, avec parallèlement une augmentation individuelle de la consommation de ressources a déjà eu comme effet : le changement climatique, une augmentation de la pollution, l'augmentation du niveau de la mer et l'accroissement des déserts.
  3. Cette accroissement à été largement « financé » par un rapide épuisement du capital naturel (ressources telles que les carburants fossiles, les minéraux, l'eau, la fertilité des sols, les forêts, les pêches, la biodiversité) au lieu d'un revenu naturel durable. L'alimentation globale est très dépendante d'un approvisionnement bon marché et abondant de pétrole et d'eau, qui sont tous deux en train de devenir plus rares et coûteux.

  4. La capacité de la terre est physiquement finie. La durabilité mondiale nécessite des économies qui se limitent aux revenus naturels.

  5. Chaque nouvelle personne augmente l'impact humain total sur l'environnement naturel et décroît les ressources disponibles pour chacun. Par conséquent tous les problèmes environnementaux (et aussi beaucoup de problèmes économique et sociaux) sont plus facile à régler avec peu de gens, et plus difficile (jusqu'à devenir impossibles) avec beaucoup.                           

  6. La dégradation de l'environnement, y compris le changement climatique et l'appauvrissement des ressources réduit sans cesse le nombre d'humain que la terre peut accueillir durablement.
  7. L'industrialisation, grande consommatrice de ressource, l'urbanisation, et le modèle de consommation occidental réduisent encore plus la capacité d'accueil de la terre.

  8. Le taux de croissance du PIB (le développement) par habitant, est le taux de croissance du PIB, moins le taux de croissance de la population. Il est encore plus entravé dans les pays pauvres par le taux de natalité élevé, aggravant l'épuisement des ressources et augmentant les dommages environnementaux.

  9. L'accroissement infini de la population est physiquement impossible. Il doit s'arrêter à un moment ou à un autre. Soit prochainement avec réduction des naissances par contraception, et des règles pro-actives et humaines. Soit plus tard avec des mort par famines, maladies, guerre, effondrement de l'environnent, ou tout cela ensemble.

  10. La population optimale (meilleure qualité de vie pour tous) est nettement inférieur au maximum possible(simple survie).



Conclusion : L'accroissement actuel de la population est à la fois indésirable et intenable.



2. Nous recommandons que les Nations unies, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, et les organismes pour le développement devraient :

 

  1. Reconnaître et approuver les fait réels de ces déclarations.

  2. Soutenir, financer ou assurer l'accès universel à l'information et aux services de planification familiale dans le monde entier, comme convenu à la Conférence du Caire de 1994 et dans l'Objectif du Millénaire (point 5) pour 2015.

  3. Soutenir, financer ou assurer l'éducation et l'autonomie des femmes, leur permettant de gérer leur propre fécondité.

  4. Adopter des politiques non coercitives visant à stabiliser ou à réduire les populations au niveau ou à des niveaux soutenables, y compris la planification d'une population vieillissante.

  5. Prendre des mesures fermes, notamment dans les régions haute consommatrices, pour promouvoir la réduction de la consommation et l'épuisement des ressources par habitant ainsi que la dégradation de l'environnement

 

Commentaires  archivés

 

#3 Surpopulation = surconsommation — 03-10-2011 06:46

Les conséquences de la surpopulation planétaire seront les pires épreuves que devra affronter l'humanité dans quelques années.

 

#2 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. — 01-10-2011 21:03

Assez extraordinaire que les organismes humanitaires et internationaux n'osent pas évoquer la surpopulation et que l'aide au développement ne soit pas couplé à celui à la maitrise de la fécondité.

 

#1 Stop à la surpopulation — 28-09-2011 15:05

Passer de 1 milliard à 6 milliards en même pas un siècle est une catastrophe écologique. 

Croissez, multipliez et .....entassez vous et.. entre-tuez vous.

C'est une cause de destruction des autres espèces végétales et animales...et une raréfaction des ressources.

Prônez un équilibre comme on le prône pour tout autre espèce sur la planète est gage d'harmonie et de respect de la vie future.

La croissance sans limite offre une main d'œuvre d'esclaves de plus en plus pauvres à la pieuvre capitaliste qui se nourrit de cette surpopulation bon marché.

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir