Article sur WalFadjri - janvier 2010

 
 
Le "chapeau" qui suit est dans le même esprit: « Face à la vigilance des maris pro-natalistes, les femmes usent de subterfuges pour ne pas tomber enceintes. Ces dernières, une fois informées sur la planification familiale, se rabattent sur des méthodes contraceptives dites "discrètes" pour espacer les naissances ».

L’article lui-même met sur le devant de la scène l’Association sénégalaise pour le bien-être familial (Asbef) dont l’action est tout à fait fondamentale. 
Interrogée par WalFadjri, une de ses responsables dit ne pas se satisfaire de l’utilisation des méthodes contraceptives par les femmes sénégalaises à l’insu de leurs maris, mais elle admet que c’est malgré tout justifié puisqu’elle déclare: « La planification familiale doit être un choix de couple. Mais on ne peut pas la refuser à une femme qui aspirerait à être sous contraception, sous prétexte que son mari n’est pas d’accord. C’est son droit ».
Suit une énumération des méthodes de contraception offertes aux femmes, des plus discrètes au plus repérables: mais heureusement ajoute l’auteur « toutes les femmes n’ont pas besoin de "dribbler" (!)* leurs maris ».  

L’article cite aussi le "Population reference bureau", ONG états-unienne, qui a organisé une visite de différents centres de l’Asbef à l’intention de dix journalistes du "Réseau des journalistes en santé et population" afin qu’ils puissent ensuite informer les sénégalais sur le planning familial. En effet comme l'écrit Issa Niang, 
auteur de l'article: « selon les spécialistes de la contraception, la planification familiale reste parmi les investissements en développement les plus rentables*. De fait, l’espacement des naissances peut contribuer à alléger le fardeau économique sur les familles pauvres et permettre aux parents d’investir davantage dans les soins et l’éducation de chaque enfant, contribuant ainsi à améliorer la nutrition des familles et à élever les niveaux d’éducation et de vie ». 

Au final on retiendra surtout que ce sont en priorité les femmes qui sont en attente de solutions de contraception et que malheureusement beaucoup d’hommes "traînent encore les pieds". L’instruction généralisée des femmes des pays du sud, leur permettant de s’émanciper, mais aussi celle des hommes, n’en est donc que plus nécessaire.
 
 
* C'est nous qui soulignons.
 
 
Signalons deux autres parutions du quotidien " Le Soleil " concernant le Sénégal et le travail remarquable de l'Asbef:
 
« Planification familiale : Les injectables, une méthode bien cotée chez les femmes » où l'on peut entre autre lire que des femmes « peuvent se retrouver avec 10 grossesses alors qu’elles n’ont pas encore 30 ans » et donc que certaines « préfèrent laisser leurs carnets de santé ici au Centre pour que le mari et la belle-mère ou la belle-sœur ne les voient pas ». Mais que malheureusement « il peut arriver qu’un mari découvre que son épouse fait  la Planification familiale en cachette. A partir de cet instant, l’enfer commence pour certaines épouses à qui leurs maris exigent d’arrêter immédiatement ».
 
« Planification familiale - Les limites de la sensibilisation » qui indique que (seulement) « dix femmes sur 100 utilisent une méthode contraceptive au Sénégal » et se pose la question de savoir pourquoi le discours ne passe pas. S'appuyant sur les déclarations d'une coordonnatrice d'un District sanitaire, l'auteur de cet article écrit que « les maris sont tellement hostiles à la contraception qu'ils menacent de divorcer leurs épouses si elles usent de la contraception, parce qu'ils ont besoin de main-d'œuvre pour les appuyer dans leur activité»

 

Commentaires  archivés

 

#4 18ja10_Seneweb_9 — 28-09-2015 03:26

J'ai appris pleins de choses intéressantes en parcourant votre article.

Merci

my web-site; Chapeau femme: http://www.chapeau-homme.com/le-veritable-couvre-chef-de-haute-qualite/

#3 18ja10_Seneweb_9 — 23-09-2015 14:06

Tout est parfaitement résumé dans ce post, bravo l'équipe

My web site: Chapeau de paille: http://don-paris.fr/fr/chapeaux/19-paille

#2 Un mythe bien écorné! — 27-01-2010 17:15

Celui qui veut que les femmes africaines souhaitent avoir tout plein d'enfants!

J'avais l'intime conviction,pour avoir habité en Afrique,que beaucoup d'entre elles souhaitaient avoir accès à la contraception:j e suis heureuse d'en avoir ici la confirmation!

Merci!

#1 Le nombre d'enfants serait-il une preuve de virilité masculine? — 27-01-2010 10:22

C'est la question qu'on peut aussi se poser à la lecture des articles du quotidien sénégalais Le Soleil...

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir