{jcomments off}Jean-François Guégan

Jean-François Guégan est Directeur de Recherche de classe exceptionnelle à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), aujourd’hui en accueil à l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (INRAE), Département Santé animale à Montpellier dans l’UMR ASTRE avec le Cirad et l’Université de Montpellier. Il est enseignant depuis une 15aine d’années à l’Université de Montpellier, et Professeur à l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP), Rennes et Paris, où il enseigne la spécialité Changements environnementaux globaux et santé dans le Master international de Santé Publique (MPH) dont il assure depuis 10 ans la (co-)responsabilité d’une spécialité Environnement-Santé/Environnement au Travail (affichée Erasmus Mundus). Fort d’une expérience de près de deux ans dans l’Industrie Agro-Alimentaire (ex IAA Guyomar’ch-Dreyfus), il s’intéresse au transfert des connaissances scientifiques vers les décideurs publics et est co-organisateur d’un Séminaire annuel, dit de l’Ecole du Val-de-Grâce, sur les conséquences sociétales, économiques, politiques, sanitaires des maladies infectieuses émergentes. Il a participé, ou dirigé, de nombreux programmes de recherche nationaux ou internationaux sur la transmission infectieuse environnement-humain et animal-humain, et en tant qu’ancien membre du Haut Conseil de la Santé Publique il a (co-) présidé plusieurs rapports nationaux sur les conséquences du changement climatique sur la santé (dont la partie Santé du PNACC), et sur les maladies infectieuses émergentes, et internationaux pour notamment la Convention sur la Diversité Biologique et l’Organisation Mondiale de la Santé. Il a publié plus de 170 publications scientifiques dans des journaux internationaux (Facteur d’impact H compris entre 40 et 47 selon les bases), a donné plus de 180 conférences invitées, et a (co-)produit 11 ouvrages dont 5 pour l’enseignement supérieur. Ecologiste numéricien et parasitologue de formation, spécialiste des interactions hôtes-pathogènes et de la transmission infectieuse, il s’intéresse depuis plus de vingt ans aux conséquences des modifications environnementales, du changement climatique, de la perte de diversité biologique et des modifications d’habitats sur la transmission infectieuse et le risque infectieux émergent zoonotique et sapronotique. Ses travaux ont porté ou portent sur la transmission de la rougeole et de la coqueluche, du choléra, des méningites, des virus de grippe aviaire et du Nil occidental. Actuellement, il développe des recherches sur l’ulcère de Buruli, une infection cutanée nécrosante, en Afrique et en Amérique du Sud. Membre de plusieurs conseils et comités scientifiques nationaux et internationaux, il est en particulier conseiller scientifique du programme international FutureEarth des Nations-Unies pour sa composante santé, expert à l’OMS ainsi que membre du Conseil national français sur les changements globaux. A INRAE, il coordonne actuellement la rédaction d’un programme international sur la transition agricole internationale et les risques infectieux émergents pour comprendre les différentes trajectoires possibles garantes d’une plus grande résilience des éco-sociaux-systèmes.