Démographie Responsable : Publications 2019

 

Décembre 2019

 

Mardi 3, publication par le Huffigton Post des résultats d'un sondage sur l'effondrement où l'on apprend que la surpopulation en serait la deuxième cause possible. Or, comme les autres causes (réchauffement, montée des inégalités, diminution de la biodiversité,...) sont elles aussi en grande partie liées à la surpopulation...

Sondage effondrement

 

Dimanche 1, sur France 5, lors de l'émission La Grande Librairie du 27 novembre dernier, Hubert Reeves s'est exprimé sur la question démographique en déclarant : « un des problèmes, c'est la surpopulation » et en préconisant la mesure phare pour stopper le processus, à savoir l'éducation des jeunes filles qui est très en retard sur celle des garçons.

 

REEVES Hubert

 

Novembre

 

Mardi 26, vidéo de l'intervention de notre président à Grenoble le 16 novembre dernier pour l'association Avenir Climatique devant une cinquantaine de personnes. 

 GRENOBLE Vido

 Diapo du calcul, sur un siècle, du nombre d'années d'émissions de CO2 liées à une naissance supplémentaire

 

Vendredi 8, suite à l'alerte des 15.000 scientifiques de 2017 sur le climat, un nombre équivalent de chercheurs de toutes disciplines vient de publier un nouveau rapport encore plus alarmant. La question démographique est à nouveau abordée, de façon peut-être plus précise, et l'on peut lire entre autre la recommandation suivante : "Toujours en augmentation d’environ 80 millions de personnes par an, soit plus de 200 000 par jour, la population mondiale doit être stabilisée - et, dans l’idéal, progressivement réduite - dans un cadre garantissant l’intégrité sociale." 

Lire l'article d'Audrey Garric parue hier dans  Le Monde sur le sujet.

 

Le Monde Appel 110000 B

  ↑ haut de page

Septembre 

 

Mardi 24, publication par deux membres de notre Comité Scientifique d'un texte intitulé Immigration : c'est l'horizon 2100 qui compte en réponse à la tribune rédigée par François Héran, titulaire de la chaire Migrations et Sociétés au Collège de France, dans dans le quotidien Le Monde et dont le titre était : « Il est temps que nos dirigeants tiennent sur l’immigration une parole de raison plutôt qu’un discours de peur

 

Lundi 23, Voici l'extrait vidéo de la fameuse intervention de Nicolas Sarkozy sur la question de la surpopulation mondiale à l'occasion de l'Université d'été du Medef le 29 août 2019. 

 

Nicolas Sarkozy au Medef

 

Samedi 21, Dans le cadre de son « Manière de Voir » d'octobre-novembre 2019, Le Monde Diplomatique  vient de publier un dossier sur la démographie avec de très nombreux articles, la plupart anciens, mais aussi quelques uns de nouveaux. La teneur générale est cependant moins alarmiste que ne pourrait laisser penser la couverture.

 

Diplo pour site

 

Mardi 17, la revue Imagine (septembre/octobre 2019) vient de publier un dossier sur la démographie où Michel Garenne, démographe et Membre d'Honneur de notre association déclare : « Une fécondité en baisse, c'est une chance, on peut retrouver un peu d'espace, de meilleures conditions pour le développement durable, pour gérer l'eau, la Terre et laisser plus de place à la vie sauvage » et Didier Barthès notre Porte-parole : « Nous avons depuis quelques décennies des effectifs sans commune mesure avec ceux de l'humanité dans toute son histoire. Tous les efforts que nous pourrons faire pour baisser notre consommation seront réduits à néant si nous ne diminuons pas notre nombre.»

 

Imagine B

 

Dimanche 15, signalons la publication sur Les Echos, d'une tribune signée par un collectif international de professeurs et intitulée Pour que l'ONU désamorce enfin la bombe démographique mondiale.

 

Mercredi 11, comme tous les 2 ans à la même époque l'INED, sous la direction du démographe Gilles Pison, vient de publier son état de la population mondiale, un document de référence à télécharger et à conserver au moins jusqu'en 2021.

 

Mercredi 4, suite aux récentes déclarations de Nicolas Sarkozy, France Info a interrogé plusieurs spécialistes pour savoir s'il s'agissait d'un "Fake". Résultat contrasté mais néanmoins intéressant.

 

Août

 

Vendredi 30, lors de son intervention devant l'université d'été du Medef, l'ancien président Nicolas Sarkozy est une nouvelle fois revenu sur un thème qui lui est cher. Il a notamment déclaré : "le plus grand choc mondial est le choc démographique". Voir le reste de son intervention sur L'Obs.

 

Mercredi 7Richard Randriamandranto, ministre malgache de l’Economie et des finances : « Nous savons bien qu’on ne peut pas laisser la population se multiplier à un tel rythme. Il conviendrait de réguler cette croissance.»

 

 

Juillet

 

Lundi 22, mise en ligne par le média Le Drenche d'un débat audio intitulé Faut-il limiter les naissances pour sauver la planète ?, entre Véronique Riche-Flores (Économiste et spécialiste de la démographie) et notre président Denis Garnier.

↑ haut de page 

Juin

 

Samedi 29, signalons la parution d'une interview de notre président sur le site de Breizh-Info.

 

Lundi 17, les nouvelles projections pour la population mondiale sont disponibles sur le site de l'ONU. En arrondissant, concernant les projections moyennes, en 2050 nous pourrions être 9,7 milliards et en 2100 près de 10,9 milliards. Notons que par rapport aux précédentes projections de juin 2017, ces chiffres sont en légère baisse : - 37 millions pour le milieu du siècle et - 309 millions pour sa fin. Il n'empêche que ces effectifs, si nous les atteignons, seront tout-a-fait excessifs.

Lire un article de Gilles Pison sur ces nouvelles projections

 Screenshot 20190618 162641 Le Monde

Source :  infographie "Le Monde"

Le taux d'augmentation de la population du Niger est en fait de 190 %

 

Mardi 11, vidéo de l'intervention de Denis Garnier, président de l'association, lors de la table-ronde organisée par DECROISSANCE ILE-DE-FRANCE le 8 juin dernier à Paris. 

Vido 8 juin 2019

 

Mai

Jeudi 16, la conférence "Liens entre démographie et souveraineté alimentaire, climat, biodiversité", organisée par Gilles Lacan, à Paris, a rencontré un franc succès.

Jeudi 9, contrairement à ce qui a été annoncé par le WWF (« l'Europe en déficit écologique ») et relayé par un certain nombre de médias : Le Monde, Le Figaro (« l'UE vivra à crédit »), l'Union Européenne n'aura pas épuisé ses ressources dès demain vendredi. En effet, son empreinte individuelle étant de 4,9 hectares et sa biocapacité de 2,3 hectares, le véritable jour du dépassement tombera le 171ème jour de l'année (2,3 x 365 / 4,9) soit le 20 juin prochain. La situation de la planète du fait de la surpopulation et de la surconsommation est suffisamment préoccupante pour ne pas en rajouter avec des fake news. Pour plus détail, on pourra relire l'article qui avait été écrit l'an dernier à ce sujet concernant la France.

 ↑ haut de page

Mars

 

Samedi 30, éditorial fort intéressant dans l'hebdomadaire Le Point de cette semaine où Franz-Olivier Giesbert écrit entre autre ceci : « Si la Terre est en danger, c'est pour plusieurs raisons dont la moindre n'est pas la prolifération de l'espèce humaine, au détriment de toutes les autres, animales ou végétales.»

Lire l'édito dans son ensemble

 

 

Février 

 

Samedi 16, publication ce jour d'un dossier consacré à la démographie par le journal Le Monde avec quatre articles et deux tribunes.

Martine Valo : Trop d'humains sur la planète ? et Quand elles ont le choix, les familles tendent vers deux enfants.

Simon Leplâtre : Pourquoi les jeunes chinois ne veulent plus faire d'enfants ?

Mabingue Ngom (UNFPA) : Les forts taux de fécondité en Afrique sont un facteur de fragilisation.

Jaques Véron : Environnement : Il faut arrêter de mettre la démographie en accusation et promouvoir un développement durable

Stéphane Madaule : La démographie est bien le chaînon manquant du développement durable.

 

LE MONDE

 

 

 

 

Lundi 4, le site Rue89Lyon vient de publier un article consacré à notre association et à ses actions.

 

 

Janvier

 

Jeudi 31, nous relayons ici une proposition de Jean-Loup Bertaux, membre de notre association et de son Comité Scientifique.

 

Mercredi 30, signalons la parution ce jour d'un article du Monde intitulé Le Nigeria, bombe à retardement démographique où l'on peut entre autre lire ceci : « Les chiffres donnent le vertige. Il y avait moins de 38 millions de Nigérians en 1950. Le pays en comptait 190 millions en 2018. L’ONU en prévoit 410 millions d’ici à 2050, et presque le double en 2100.»

 

LAGOS

 

Samedi 26, retour sur l'excellente intervention de Jean-Marc Jancovici concernant la surpopulation mondiale.

 

Jean Marc Jancovici

 Intervention du 6/12/2018 - Site JMJ   https://jancovici.com/

 

 

 

  ↑ haut de page

Qui sommes-nous ?

Les membres de notre association, fondée fin 2008, sont de fervents défenseurs de l’espèce humaine ainsi que des autres espèces vivantes présentes à ses côtés, désireux de sauvegarder La Vie sur la planète et ce, dans les conditions les moins mauvaises possibles.

Issus de différents milieux (écologie, décroissance économique, défense des animaux) et considérant l’urgence de la situation, 215.000 personnes de plus par jour sur la Terre (365.000 naissances moins 150.000 décès), nous souhaiterions rassembler des personnes originaires de tous les courants de pensée et convaincre les citoyens des pays francophones de la nécessité d’agir.

 

Notre projet

En incitant à l'autolimitation de la natalité, notre association a pour objet d’œuvrer pour la stabilisation de la population humaine et sa diminution sur le long terme. Excluant tout ce qui ne respecterait pas les droits humains ou qui remettrait en cause la liberté de procréer, notre démarche passe par l'information sur les conséquences de la pression démographique pour les générations futures, les autres espèces et l'environnement.

En parallèle à cette information, nous nous donnons entre autre pour mission de soutenir toutes les initiatives en faveur de l’instruction, condition nécessaire à la compréhension par tout être humain des dangers écologiques liés à la surpopulation.

 

Structure juridique et statuts

Démographie Responsable, association régie par la loi de 1901, Numéro RNA W832000174, déclarée
  • initialement en 2009 à la préfecture du Var
  • puis, suite à son changement de domiciliation, en 2020 à la préfecture du Rhône

Adresse postale
 
DEMOGRAPHIE RESPONSABLE
Boîte Postale 42037
69616 VILLEURBANNE Cedex
                                            
Siège social :
Démographie Responsable
234, cours Emile Zola
69100 Villeurbanne 
 
 

L'association est dirigée par un bureau de 7 membres, ne se réfère à aucun parti politique et tient à rester résolument à l'écart de tous les discours extrêmes que le sujet peut parfois engendrer.

 

Les statuts détaillés de l'Association sont consultables ici

 

Membres du bureau

Denis Garnier

Président

06 51 14 89 42

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Odette Chauve

Vice-Présidente

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Didier Barthès

Porte-Parole

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Anne-Marie Teysseire

Secrétaire

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Isabelle Yvon

Webmestre et Trésorière

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Gilles Lacan

Membre du bureau

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Responsables de régions

Marie-Eve Perru

Responsable Île de France
et membre du bureau

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Mélodie Fournier

Responsable Pays de la Loire

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Martin Rott

Responsable Occitanie + Vaucluse

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Alice Rallier

Responsable Hauts-de-France

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Co-Responsables Aquitaine

Passer la souris sur chacun d'entre eux pour visualiser la répartition des départements

Gilles Peyré

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Michel Sourrouille

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
https://biosphere.ouvaton.org/blog/

Marc Gillet

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Rforme Mai 2021

Faire face à l’explosion démographique

Par Michel Sourrouille (co-responsable Aquitaine de notre association - animateur du site biosphère)

 

MichelSourouille

Ne pavoisons pas

L’abaissement généralisé de la fécondité humaine, à quelques exceptions près, est une bonne nouvelle. Celle-ci ne doit pas cependant créer l’illusion d’une tendance à l’équilibre. Au 1er janvier 2021, la Terre héberge désormais 7,8 milliards d'habitants, la progression est d’environ 85 millions de personnes de plus chaque année. Selon les projections de l'ONU, nos effectifs plafonneraient à presque 11 milliards en 2100. C’est en Afrique que se situe aujourd'hui le plus grand potentiel de croissance démographique avec un indice de fécondité de 4,4 enfants par femme (contre 2,4 pour l'ensemble de la planète). Comment nourrir, loger, donner un emploi, assurer santé et sécurité à tant de personnes supplémentaires quand des peuples connaissent déjà la faim, que des épidémies surgissent et que des conflits armés éclatent un peu partout. Ce constat tragique devrait nous inciter à agir politiquement pour maîtrise la fécondité humaine.

Les caractéristiques de la croissance

Le poids de la population mondiale sur les ressources de la planète est accentué par le niveau de vie à l’occidentale, standard consumériste que voudrait rejoindre les laissés pour compte de la mondialisation. La démographie est un multiplicateur des menaces. Un décideur se doit de connaître la formule IPAT, l’impact écologique « I » résulte à la fois de la population « P, » du niveau de consommation « A « et de l’impact technologique « T ». La croissance démographique et la croissance économique déstabilisent les écosystèmes au point qu’on connaît un dépassement des limites biophysiques de la planète, ce que démontrent les calculs de l’empreinte écologique. Un parti doit présenter une politique à mettre en œuvre à la fois en matière économique et démographique.

Le blocage énergétique et climatique

La fin du pétrole bon marché s’accompagnera d’une contraction de l’économie globale et d’un effondrement de l’agriculture thermo-industrielle. Facteur additionnel, la dérive climatique va détériorer l’agriculture traditionnelle et entraîner des flux croissants de migrant climatiques. Il faut se rappeler le programme de René Dumont pour la présidentielle de 1974 : « Si nous nous multiplions inconsidérément, le phosphore nécessaire à l’agriculture manquerait bientôt. Il faut réagir contre la surpopulation. En Inde surpeuplée certes, mais surtout chez les riches : 500 fois plus d’énergie consommée par tête à New York que chez le paysan indien. Ce qui remet en cause toutes les formes d’encouragement à la natalité, chez nous en France. » L’agronome Dumont liait explicitement malthusianisme et lutte contre la pauvreté, son message n’a pas été écouté.

Les biologistes qui étudient la dynamique des populations savent que la stabilité des écosystèmes est garantie par une régulation spontanée de la démographie des populations. Lorsque l’équilibre est rompu, la crise qui accompagne la surexploitation des ressources se traduit par un effondrement des populations concernées. C’est ce qu’il est convenu d’appeler une « régulation par catastrophe ». Vouloir prévenir l’humanité d’une régulation naturelle par manque de ressources devrait apparaître comme un objectif raisonnable, louable et « humaniste ».

Agir sans tarder

La population est devenue un sujet tabou en politique, dans les affaires internationales, et même dans les médias et l’opinion publique. Or un ensemble de politiques visant à améliorer la vie des femmes, des hommes et des enfants aurait pour retombée le ralentissement démographique. Pour stabiliser l’impact de l’Humanité sur les ressources et les écosystèmes de la Terre, tout en permettant à chacun de vivre selon des standards acceptables, la population devrait se réduire à 1,7 ou 2 milliards d’individus. Cet optimum ne peut pas être atteint rapidement compte tenu de la relative inertie des phénomènes démographiques. C’est pourquoi, les décennies à venir s’annoncent difficiles, surtout si nous ne savons pas anticiper les évènements. Nous devons mettre en place à la fois une sobriété partagée et une maîtrise de la fécondité. Voici quelques stratégies possibles :

  • Mettre un terme à toutes les politiques qui récompensent financièrement les parents en fonction du nombre d’enfants
  • Enseigner les interrelations entre population, croissance économique et contraintes écologiques
  • Renforcer le planning familial dans tous les pays
  • Promouvoir l’égalité des sexes dans tous les aspects de l’existence

 

Retrouvez ici le site Biosphère animé par Michel Sourrouille

Démographie Responsable déplore les propositions de François Bayrou sur la démographie

 

Inquiet du ralentissement de la fécondité française, M. François Bayrou, haut-commissaire au plan, propose un « pacte pour la démographie » afin, dit-il, de sauver le modèle social français reposant sur la solidarité intergénérationnelle.

Ce pacte s’appuie sur deux axes principaux

- une relance de la natalité via un ensemble d’aides sociales et fiscales aux familles.

- un appel à l’immigration.

Sur tous les plans de telles mesures nous entraîneraient dans la mauvaise direction.

Au niveau mondial et écologique d’abord, ce serait là donner un bien mauvais signal.  La planète n’a jamais été si peuplée. Nous serons bientôt 8 milliards de terriens, avons connu une multiplication par 5 de nos effectifs depuis le début du XXème siècle et occupons désormais presque tous les territoires habitables au détriment de la biodiversité qui connaît un effondrement sans précédent.

La baisse de la fécondité constatée en France comme dans un certain nombre de pays est au contraire à encourager. Elle pourrait laisser entrevoir une stabilisation démographique dans la seconde moitié de notre siècle, ce qui est la condition sine qua non d’une politique écologique efficace et par là, de la stabilité de nos sociétés. Si nous ne nous engageons pas en ce sens, tous nos autres efforts seront réduits à néant, le reste du vivant n’aura tout simplement plus d’espaces disponibles.

Au niveau national c’est également se tromper dans l’analyse comme dans les solutions. La France est loin de l’hiver démographique et ne manque pas de naissances. Notre pays reste sur ce plan l’un des plus dynamiques d’Europe et est en croissance permanente. Nous avons gagné plus de 25 millions d’habitants depuis 1950 et nos effectifs ont cru en moyenne de 250 000 personnes chaque année au cours de la dernière décennie soit la population d’un département tous les deux ans générant une artificialisation toujours plus importante des territoires.

Comment justifier ces mesures par le manque d’actifs alors que depuis plus de 40 ans le pays connaît un chômage structurel de masse et que nous ne savons pas donner un emploi à une part significative de la population active ?

Comment oublier que du point de vue de l’équilibre des comptes sociaux les jeunes constituent aussi des inactifs et donc pèsent largement sur les déficits ?  Comment oublier surtout que les jeunes d’aujourd’hui sont naturellement les personnes âgées de demain et qu’en tablant sur une natalité forte, nous nous condamnons plus tard à avoir une population âgée très nombreuse. En 2021, l’importance de la  charge des retraites est une conséquence directe de l’importance du baby-boom 60 à 70 plus tôt. Beaucoup l’ont déjà dit, compter sur la natalité revient à s’engager dans une pyramide de Ponzi démographique, chacun sait combien ce genre de processus se termine mal.

M. Bayrou envisage également de relancer l’immigration. Or, la population française semble aujourd’hui majoritairement défavorable à cette politique : est-il nécessaire d’ajouter un élément de discorde supplémentaire dans la société française ?

L’association Démographie Responsable déplore donc les initiatives proposées par François Bayrou et engage la France comme les autres pays à se lancer dans une politique de modération démographique, excluant toutes compétition entre les nations, afin de favoriser la protection de l’environnement et la durabilité de nos sociétés.

 

FRANCE